Qu’appelle-t-on “croissance verte” ?

Le souci de la dégradation de l’environnement ne cesse de s’étendre à l’échelle mondiale et a entraîné des réformes dans divers domaines. Le développement durable, se déclinant en plusieurs branches a amené à la notion de croissance verte. Mais que signifie-t-elle réellement ?

Qu’est-ce que la croissance verte ?

La croissance verte est l’une des philosophies du développement durable à l’échelle économique. Concrètement, elle revient à favoriser davantage la croissance et le développement économique tout en assurant la préservation des ressources naturelles qui sont indispensables pour mener à bien ce développement. Elle consiste donc à assurer le développement économique tout en tenant compte de la disponibilité des ressources. Afin de prévenir la dégradation de l’environnement et l’épuisement des ressources, la croissance verte est ainsi une alternative permettant à chacun, de démontrer sa contribution à cette lutte environnementale.

Quels sont les grands axes de la croissance verte ?

Les grands axes de la croissance verte sont pareils pour tous les pays, indépendamment de leurs contextes économiques et environnementaux sur lequel repose leurs propres politiques. En effet, l’objectif reste le même : aboutir à une croissance verte. Toutefois, il convient de souligner que les stratégies adoptées seront adaptées aux spécificités de chaque pays. Le premier axe porte sur l’amélioration de la productivité qui consiste à une meilleure gestion des énergies et à la réduction des déchets. S’ensuit un encouragement des innovations pour faire naître de nouvelles opportunités économiques qui sont davantage soucieuses et respectueuses de l’environnement. Afin de favoriser les divers échanges et usages qui se font autour des technologies vertes, la croissance verte se base également sur la création de marchés. L’un de ses grands axes repose sur la mise en place de politiques environnementales stables afin de mettre en confiance les nombreux investisseurs. Grâce à l’assainissement des finances publiques et à l’atténuation des modifications de prix des ressources, la croissance verte tend à favoriser la stabilité économique. Enfin, le dernier axe porte sur la réduction des risques de chocs négatifs pour la croissance. En se penchant davantage sur le lien entre la croissance verte et le développement durable, on observe l’adoption de cette notion au niveau des entreprises qui contribuent à travers le concept de pollueur-payeur.

Comment les politiques de croissance verte sont-elles adaptées aux divers pays ?

Grâce à différents moyens d’orientations, les pays pourront adapter la croissance verte à leurs spécificités locales. Les Etudes économiques développées par l’OCDE servent à évaluer la manière d’interaction des recommandations de politique environnementale et de croissance. Les Examens de l’OCDE aident les pays à améliorer leurs politiques d’investissement afin d’améliorer leurs conditions internes pour promouvoir les investissements dédiés à soutenir les objectifs de croissance verte. De leurs côtés, les Examens environnementaux de l’OCDE analysent la manière dont le cadre de la politique environnementale de chaque pays peut participer à la croissance verte. Quant aux Examens de l’OCDE des politiques d’innovation, ils aident les pays à améliorer leurs politiques pour favoriser une meilleure innovation. L’Objectif croissance, toujours de l’OCDE, évoque les priorités de réforme structurelle afin de dynamiser les revenus réels des pays. Enfin, le programme Villes vertes se penche sur l’évaluation de l’impact des politiques de croissance verte et de durabilité urbaine sur la performance économique

Que peut faire une entreprise pour économiser les ressources ?
Quels sont les enjeux de la transition énergétique ?